Nouvelle d'ambiance

par Julien Blondel février 16, 2019

Nouvelle d'ambiance

J’ai peur de la vermine...

J’ai peur des créatures, des nuées, des araignées, des morsures et des rats. J’ai peur que ces ombres géantes qui glissent entre les arbres soient toujours bien réelles quand le soleil revient. J’ai peur d’être piquée, trainée comme une viande chaude et dévorée vivante par une colonie d’yeux, de griffes et d’estomacs. J’ai peur de la vermine, mais ce n’est rien à côté de ce que m’inspirent les autres. Ce qu’il reste de nous me terrifie.

Nous sommes devenus le pire de nos cauchemars…

J’aimerais pouvoir me dire que les autres n’existent pas. J’aimerais pouvoir me convaincre que nous sommes restés humains, que nous avons conservé cette petite étincelle, cette part d’humanité qui nous empêche de sombrer dans la bestialité. Cette part de nous qui refuse de tuer sans raison. Qui nous interdit de nous nourrir les uns des autres. J’aimerais pouvoir me convaincre qu’ils n’existent pas. Mais je sais ce qu’on raconte. Et je sais que j’ai vu.

Ce ne sont pas les chamans qui me font peur. Ceux que j’ai rencontrés n’ont rien fait devant moi qui m’ait donné envie de m’enfuir ou de me réveiller de ce cauchemar en hurlant. Il y a toujours eu des herboristes, des sourciers, des guérisseurs. Il y a toujours eu des mystiques, des druides ou des gourous. Que certains d’entre eux prétendent parler à la forêt, communier avec l’eau, invoquer les Totems ou partager leur terre avec « l’esprit de la ruche » ne m’a jamais effrayée. Ce ne sont que des mots. Des mots qu’ils mettent sur l’invisible. Et les mots ne tuent pas.

Les mots ne sacrifient pas leurs enfants aux fourmis.

Je ne les ai jamais vus, mais je sais qu’ils existent. Les cannibales. Les fanatiques. Les adorateurs de la vermine. Ceux qui nourrissent leurs rats avec de la chair humaine. Ceux qui vivent dans des grottes et qui percent les yeux de leurs nouveaux nés. Ceux qui se tranchent les oreilles ou qui s’amputent les mains pour se greffer des lames ou des ossements. Ceux qui s’injectent des larves et des œufs d’araignée sous la peau jusqu’à leur éclosion. Ceux qui transforment les femmes en pondeuses de créatures sans nom. Ceux dont la peau scintille sous les ultra-violets comme de la chitine de scorpion. Ceux dont le corps criblé de balles continuent d’avancer. Je sais qu’ils sont réels. Les cadavres déchiquetés que j’ai vus ne mentaient pas.

La terreur dans le regard de tous ceux qui leur ont survécu ne mentait pas.

– Iza, été 2046.



Julien Blondel
Julien Blondel

Auteur


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


À propos de Vermine 2047

Présentation de Vermine
Présentation de Vermine

par Julien Blondel février 19, 2019 2 Commentaires

Vermine est un jeu de rôles de survie et de collaboration dans l’Europe post-apocalyptique de 2047. Il propose aux joueurs d’incarner les survivants d’un monde dévasté par des vagues d’épidémies, d’émeutes, de guerres civiles et de catastrophes naturelles – un monde où la vermine, les insectes et les rats ont pris la place de l’humanité au sommet de la chaîne alimentaire, mais où l’espoir subsiste… 

Voir l'article entier

Les Modes de Jeu
Les Modes de Jeu

par Julien Blondel février 18, 2019

À l’image de certains jeux vidéo proposant différents niveaux de difficulté, Vermine permet aux joueurs de choisir leur Mode de jeu et de fixer eux-mêmes le degré de réalisme, de surnaturel et de dangerosité de l’univers. Là où certains joueurs auront envie d’action, de grand spectacle et de combats titanesques contre des créatures géantes, d’autres pourront préférer une ambiance réaliste, mystérieuse, fantastique… Après tout, pourquoi se contenter d’une seule façon de jouer, lorsqu’il est possible d’en proposer plusieurs dans le même univers ?

Voir l'article entier

À propos des règles
À propos des règles

par Julien Blondel février 16, 2019

Les règles de Vermine se servent de dés à 10 faces pour gérer les actions et les situations dont les joueurs ne peuvent pas déterminer eux-mêmes le résultat. Combat, survie, recherche, chute ou négociation : lorsqu’une action comporte une part de hasard, présente un risque d’échec ou peut avoir une influence sur la suite de l’aventure, les joueurs doivent lancer un nombre de dés 10 égal au score de la Caractéristique qu’ils utilisent.

Voir l'article entier